L’histoire de Marie Harel, Sainte-Patronne du camembert !
Cuisiner le fromage, Les différents fromages

L’histoire de Marie Harel, Sainte-Patronne du camembert !

« Claquos », « calendos » ou encore « camembos »… à chacun son tendre surnom. Peu importe comment vous le désignez, le camembert est bel et bien LE fromage préféré des français, le plus consommé de tout l’hexagone. Et c’est à une femme, Marie Harel, que nous devons ce fleuron de la gastronomie française. C’est elle qu’il faut remercier pour notre cher camembert, ce véritable symbole national ici-bas et par delà nos frontières. Laissez-nous vous conter son histoire !

Marie Harel, inventrice du camembert

Nous sommes à la fin du 18ème siècle dans l’actuelle Basse-Normandie, tout près de la ville de Camembert. La légende raconte qu’une agricultrice, Marie Harel née à Vimoutiers (Normandie) le 28 avril 1761, serait l’inventrice du camembert.

Plus précisément, ce serait l’abbé Charles-Jean Bonvoust qui lui aurait transmis la recette en échange de son aide pour fuir les républicains. L’abbé aurait conseillé à Marie Harel qui produisait alors des fromages frais classiques de procéder à un égouttage, un salage et un séchage sur planches de bois, comme il était alors de coutume en Brie. En quelques jours, le fromage se serait recouvert de la jolie croûte fleurie que nous lui connaissons aujourd’hui !

Quelques décennies plus tard, la fille de Marie Harel, prénommée elle aussi Marie, et son mari Thomas (vous suivez ?) développent la fabrication du camembert pour le vendre sur le marché de Vimoutiers.

Après de multiples railleries de la part des villageois, l’attention des gastronomes est petit à petit attirée par ce nouveau produit, si bien, qu’en l’espace de quelques mois, Marie Harel se trouve incapable de satisfaire toute la demande locale ! La nouvelle se répand et la demande en camemberts fleurit au même rythme que les stations balnéaires sur les côtes normandes…

La boîte en bois ronde fut créée en 1880 tout spécialement pour le camembert ! Elle permettait de faciliter son transport alors qu’il connaissait un succès grandissant.

C’est ainsi propulsé par les embruns des côtes de la Manche que le camembert part à la conquête de la bourgeoisie parisienne, puis, par réputation, de la France toute entière ! On dit même que Napoléon III en serait tombé baba lors d’un séjour en Normandie et qu’il s’en serait fait livrer des quantités déraisonnables aux Tuileries pour le servir à sa prestigieuse table.

Le camembert by Marie Harel

marie harel
Jeune, le camembert présente une croûte d’un blanc immaculé.

Le camembert appartient à la famille des fromages à pâte molle et croûte fleurie, comme son proche cousin le brie, ou encore le Chaource et le Brillat-Savarin. La forme actuelle du camembert n’a que peu évolué depuis sa mise au point par Marie Harel et les caractéristiques du véritable camembert de Normandie doivent se conformer au Décret n° 2008-984.

Ainsi, ce fromage doit impérativement :

  • être cylindrique (environ 11 cm de diamètre)
  • peser 250 grammes minimum à l’emballage
  • présenter une teneur en matière grasse de 22 % sur le produit fini
  • être moulé à la louche
  • être commercialisé dans une boîte en bois
marie harel
Plus il s’affine et plus elle se pare de nuances couleur rouille.

Pour qu’il bénéficie de l’AOC et de l’appellation d’origine protégée, le véritable “Camembert de Normandie” doit 1. être réalisé au sein de cette région 2. à partir de lait cru produit sur place.

Ce camembert véritable ne représente hélas que 4 % des camemberts fabriqués en France, le reste étant des camemberts pouvant être fabriqués n’importe où avec du lait de n’importe quelle origine. La plus grosse production de camembert au monde n’est d’ailleurs même pas française : elle se situe aux Etats-Unis, dans l’Ohio !

Variations et recettes

Envie d’audace ? Il existe une variante du Camembert AOP particulièrement gourmande, et 100% terroir. Le Camembert au Calvados qui rend merveilleusement hommage à sa Normandie natale. Le Calvados, cette eau-de-vie de pomme particulièrement parfumée, se marie à merveille avec le goût franc du camembert. Le tout est enrobé d’une fine chapelure, pour encore plus de croquant…

Envie de cuisiner le camembert ? Cela tombe bien, il est aussi bon froid que chaud ! Vous pouvez l’enrober de jaune d’oeuf et chapelure pour le faire frire ou le chauffer au four accompagné d’une branche de romarin, en véritable camembert rôti ! Ou bien, découper de petites portions que vous emballerez d’une feuille de brick avant de les cuire au four. A tremper dans une sauce avec des pignons de pin et du miel, pour un irrésistible effet sucré-salé !


Suivez-nous :

La Box Fromage